Entreprendre, Interview de créateurs
2 commentaires

Interview d’Al Stitches – « Dès que je peux, je m’évade grâce à la broderie »

Cette interview a été réalisée pour la journée des droits des femmes, nous avons donc orienté nos questions de manière à mettre en lumière l’entrepreneuriat féminin et permettre à nos créatrices de s’exprimer sur le féminisme.

Retrouvez le profil créatrice d’Al Stitches par ici

Bonjour, merci d’avoir accepté notre interview ! Pouvez-vous vous décrire en quelques phrases, ainsi que votre parcours, votre évolution en tant que créatrice…

J’ai toujours été bercée par la broderie car je suis très proche de ma grand-mère dont c’est la passion. Il y a un peu plus d’un an, j’ai voulu “faire quelque chose de mes mains”, quitter un peu les écrans, retrouver la créativité que j’avais quand j’étais enfant… Je me suis procurée un kit pour débutant et depuis je ne me suis jamais arrêtée !

Qu’est-ce que la broderie pour vous ? Un passe-temps ? Votre activité principale ?

Un passe-temps auquel je consacre énormément de temps ! Dès que je peux, je m’évade grâce à la broderie. J’en aime le côté “libre” : on peut en faire partout, n’importe quand, on peut quand même suivre une conversation ou un film en même temps, on peut quasiment tout réaliser… J’en aime aussi la rigueur, on parle bien d’un “travail”. Je ne suis pas du tout patiente et pourtant je peux y passer des heures sans m’en rendre compte.

Comment définiriez-vous votre style de broderie ? Qu’est-ce qui vous inspire ?

Je n’ai pas vraiment de style à vrai dire. Je ne me considère pas vraiment comme une artiste mais plutôt une réalisatrice. J’aime tous les styles, j’aime explorer différents thèmes, différentes façons de faire… alors ça fait un joli méli-mélo !
J’adore les fleurs, j’adore broder ce que je trouve beau tout simplement. Un papillon, une rose, une phrase inspirante…

Combien de temps cela vous prend-il de créer un motif ?

Pas longtemps en soit, selon le modèle entre une heure et trois heures pour le dessin, puis entre 3 jours et 3 semaines pour la réalisation. Ce qui me prend le plus de temps (hors réalisation) est de concevoir l’idée et  de choisir des couleurs !

Les modèles Woman Power d’Al Stitches

A l’occasion du 8 mars, vous partagez avec nous des motifs broderie woman power que vous avez créé. Parlez-nous de ce(s) modèle(s) : quel est le message derrière celui/ceux-ci ?

Ma première broderie est inspirée d’une affiche que j’avais vu il y a quelques temps : il y était simplement inscrit le nom de plusieurs grandes femmes de l’histoire. J’avais trouvé ça fort de simplicité et pourtant : sans ces femmes, nos vies ne seraient très certainement pas les mêmes. C’était important pour moi de les mettre en avant car on a souvent tendance à oublier que sans elles on ne pourrait peut-être pas porter un jean, avoir le choix d’interrompre une grossesse non-désirée, on ne pourrait même peut être pas s’instruire… J’ai donc choisi les prénoms des femmes qui m’inspirent et qui font, ou ont fait, énormément pour nous ou pour les femmes de leurs pays.

Qu’est-ce que le féminisme pour vous et comment se répercute t-il sur votre créativité et votre quotidien, votre travail, votre vie personnelle…?

Pour moi le féminisme c’est avant tout avoir des droits qui me semblent basiques : le droit à l’éducation, le droit de se marier avec qui on veut et surtout quand on le veut, le droit d’être en sécurité, le droit d’être libre et égales (entre nous, mais surtout aux hommes).  
Je m’offusque et abhorre toutes formes de violences faites aux femmes. Je ne supporte ni les injustices ni les extrémismes.
En choisissant de broder trois mannequins de vêtements de tailles différentes, accompagnés du mot “whatever” je veux faire passer le message suivant : peu importe qu’on fasse un bon 46 ou un 34 tant qu’on se sent bien dans ses fringues (et dans ses baskets !) mais surtout sa tête.

En quoi la broderie (et la créativité en général) peut-elle être envisagée comme un moyen de faire passer des messages engagés et faire circuler des idées ?

L’art sous toutes ses formes a toujours été le meilleur vecteur de communication. J’imagine qu’il a tendance à interpeller plus mais aussi à toucher au plus profond et ce au travers de chaque époque. Pour la broderie, c’est dur à dire mais je trouve que cet art a longtemps été réservé aux femmes dans un contexte très “maisonnier”. Elles brodaient des trousses, des vêtements pour toute la famille, des tapisseries pour les plus riches, elles reprisaient… je trouve ça génial de “casser” cette impression tout en gardant ces techniques.

Quels impacts positifs et négatifs les réseaux sociaux peuvent avoir dans la représentation des femmes (dans l’art, la mode, le monde du travail…) ?

On l’a tous vu : les réseaux sociaux ont autorisé les femmes à s’exprimer librement grâce au mouvement #balancetonporc. C’est un formidable moyen de faire passer ses messages et je pense que la barrière digitale permet d’oser dire des choses qu’on ne dirait pas dans “la vraie vie”. Cela a également pu permettre aux femmes de se rendre compte qu’elles n’étaient pas seules face à leurs combats ou juste à leurs soucis du quotidien.
Ils nous permettent également d’être mieux informées, de faire passer nos messages plus rapidement, d’alerter… Ca c’est pour le côté positif. Pour le côté négatif… je pense que c’est comme tout : il faut faire attention à la désinformation et qui dit plus de liberté et plus de contacts, dit également plus d’exposition aux critiques.

Qu’est-ce qui vous met le plus au défi tous les jours, autant en tant que femme que créatrice ?

J’ai la chance d’être privilégiée : j’ai grandi en France, dans un pays où même s’il y a évidemment encore des injustices on a de nombreux droits que certaines femmes du monde n’ont pas. Je me concentre plutôt sur ces lieux là, les pays où les filles ne vont pas à l’école, où elles sont mariées encore enfants, où elles ne peuvent être libres… c’est ce qui me touche le plus.

Une personnalité féminine, une oeuvre (ou autre) qui vous inspire particulièrement ?

Rosa, Frida, Simone ( les deux !) et Malala évidemment !
Toutes pour leurs combats essentiels. Je vais choisir ici de parler de Malala Yousafzai. Cette jeune pakistanaise de 21 ans a obtenu – entre autres – le Prix Nobel de la Paix ( à l’âge de 17 ans !) et le Prix Simone de Beauvoir pour ses nombreux combats dont celui pour l’éducation des filles. C’est à son association que je souhaite reverser chaque centimes que les ventes de mes modèles “Rosa and cie” et “Whatever” rapporteront. C’est une association à but non lucratif qui aide à la scolarisation des jeunes filles.

Quelque chose à ajouter, un message à faire passer ?

Quelques chiffres qui font réfléchir.

2/3 des 774 millions d’analphabètes sont des femmes.
15 millions de filles sont mariées chaque année avant l’âge de 18ans.
130 millions de filles ont subi une mutilation / ablation génitale.

Et le mot de la fin : merci Makerist pour ce beau projet si important !

Retrouvez les modèles de broderie d’Al Stitches par ici


2 commentaires

  1. Pingback: Des femmes et du fil : broderie engagée et entrepreneuriat féminin | Blog Makerist

  2. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s