diy
1 commentaire

Le guide ultime pour en finir avec l’usage unique

53kg de plastique par personne par an. Ce chiffre de WWF n’est peut-être pas très visuel, mais lorsque l’on commence à empiler les sacs plastiques, c’est tout de suite plus imagé. Loin de nous l’idée de culpabiliser à tort : le plastique, et en général les objets à usage unique, sont difficilement évitables dans le commerce, et sont souvent gage de practicité, de propreté et de porte monnaie soulagé.

Et s’il en était autrement ? Nous aimerions vous montrer qu’il existe une myriade d’alternatives pour réduire vos déchets lié à l’usage unique. Que ce soit des DIY à réaliser vous même ou des produits durables à n’acheter qu’une fois, voici la compilation (presque) ultime pour arrêter les frais écologiques pour la planète et économiques pour votre porte monnaie.

Cette liste tend à être la plus exhaustive possible, mais ne vous sentez pas obligé.e de vous attaquer à tout d’un coup. Voyez les éléments qui vous semblent réalisables à votre étape du chemin vers le zéro déchet, et chaque action à partir de là ne sera que positive. Et pour les pros du zéro déchet, n’hésitez pas à partager vos astuces en plus pour ne rien jeter.

Le film plastique

Idéal pour couvrir un plat qui n’est pas fini, lorsque vous ne voulez pas laver une autre boite à couvercle ou pour emballer des aliments à la forme incongrue, le film alimentaire est pourtant responsable comme beaucoup de plastiques de la dispersion de micro particules, surtout qu’il n’est pas recyclable. Vous avez ici deux options lavables et réutilisables : la charlotte pour les bols et les assiettes, à réaliser en plusieurs tailles, et le bee-wrap, un carré de coton imbibé de cire d’abeille qui peut prendre n’importe quelle forme. Lavé à l’eau froide, il garde ses propriétés, et il est facile à recharger lorsqu’il perd de ses pouvoirs.

L’essuie-tout

S’il se dégrade plus facilement dans la nature, il est très probable que vous l’ayez acheté dans un film plastique. De plus, la plupart des papiers utilisés sont traités chimiquement de manière intensive et contiennent souvent plus que de la simple cellulose naturelle. Vous pourriez très bien utiliser n’importe quel torchon, mais pourquoi risquer de mélanger le chiffon pour les vitres et la serviette pour les mains ? Avec des feuilles d’essuie tout en tissu, vous pouvez les enrouler autour de votre distributeur habituel pour un accès facile, et elles se lavent tout aussi facilement.

L’éponge

Saviez vous que les éponges synthétiques sont issues de mousse de résine ? Pour information, on utilise de la résine pour faire des coques de bateaux, nous avons donc ici un matériau peu dégradable disons. Heureusement vous avez plein d’options pour éviter les alvéoles en plastique ! Les éponges marines sont bien connues, mais si vous entreprenez de réduire votre impact écologique, vous voudriez peut-être éviter de le faire au détriment de la faune marine (oui faune, les éponges sont des animaux). Une alternative végétale se présente sous la forme du Luffa, un curcubitacé dont les fibres séchées créent une éponge que vous connaissez peut être déja sans le savoir. Notre préféré pour la vaiselle reste l’éponge tawashi, parce qu’on peut utiliser des vieux vêtements comme des chaussettes orphelines… Mais si vous voulez un résultat pro, alors le crochet vous sera très utile et reste un projet facile pour les débutantes.

Le filtre à café, les capsules et les sachets de thé

On en prépare tous les jours, parfois même sans réfléchir le matin, mais les déchets non organiques de ces habitudes prennent vite de l’ampleur. Heureusement Couturaddict a pour vous un cours dédié avec patrons et explications pour sauver la planète dès le réveil. Pour les adeptes de la machine à capsule, même si certaines villes ont fait des efforts pour recycler ces dernières, vous gagnerez quand même à investir dans des capsules rechargeables adaptées à votre machine (vous en trouverez une grande quantité sur internet). Et lorsqu’on se rend compte que le café en sachet est moins cher, tout le monde y gagne.

Les cotons et lingettes démaquillants

La culture du coton présente l’une des industries les plus polluantes au monde avec son impressionnante consommation d’eau et sa propension égale à utiliser des pesticides. En ajoutant les traitements chimiques appliqués pour le rendre blanc et hydrophile, on se demande ce qu’on est en train de mettre sur sa peau. Quand aux lingettes humides, on préfère éviter de penser au plastique entre les fibres qui se dégradera aussi en micro particules, et aux produits qu’elles retiennent pour nettoyer la peau. Rien de plus simple pour remédier à tout cela : réaliser ses propres carrés démaquillants ! Un projet facile avec un vrai impact, il suffit juste de les laver en machine (ou à la main) dans un sachet en maille. On adore cette version biface qui se présente comme un mini gant de toilette, mais vous pouvez aussi faire de simple carrés de taille différentes. Bonus : vous pouvez même recycler cette vieille serviette avec un trou, et ce sera un textile en moindre à produire et à jeter.

Les mouchoirs

Une habitude que nos grands parents connaissent bien qui a été injustement délaissée, mais les mouchoirs en tissu sont facile à laver et plus facile à transporter dans sa poche qu’on ne le pense, grâce à des pochettes à réaliser vous même. De plus, cela doit être un des projets couture les plus facile du monde : un simple carré avec un ourlet tout autour, et si vous avez des ciseaux à cran, vous pouvez même éviter cette étape, vos mouchoirs ne s’effilocheront plus. Préférez un coton fin pour ne pas que le tissu irrite trop, et recycler un vieux vêtement ou linge sera toujours une bonne idée pour limiter sa participation à la production de coton.

Les protections hygiéniques

Comment passer à côté de ce charmant moment du mois que beaucoup connaissent trop bien ? Pour un coté pratique vous préférez peut-être les tampons, mais vous souhaiteriez éviter le chlore et la javel utilisés pour les rendre blancs (pour rien) et le risque de syndrome de choc toxique. Nous vous conseillons alors de vous tourner vers une coupe menstruelle à nettoyer et à stériliser à l’eau bouillante chaque cycle. Vous trouverez beaucoup de forums et de ressources sur internet pour vous guider vers cette alternative qui peut paraître impressionnante, mais au final très pratique. Pour les adeptes de la serviettes, bien que vous vous soyez sûrement habituées à avoir un film plastique entre vos jambes qui ne laisse rien respirer et met des centaines d’années à se décomposer, nous vous invitons à considérer l’approche tissu à réaliser vous même et à laver comme on laverait nos autres vêtements tachés à cette période. Et pour les changer quand on sort, nous avons aussi une version à cliper qui se range discrètement, toujours avec une pochette facile à coudre.

Les couches

Elles sont similaires aux serviettes hygièniques sauf que bébé les porte 24h/24 tous les jours pendant parfois 2 ans. Et cela fait réfléchir, surtout quand on veut faire des efforts écologiques pour son futur. Bonne nouvelle, les couches lavables et même à réaliser vous même existent ! Certes, psychologiquement vous ne voudriez pas les laver avec vos vêtements, mais un passage en machine fait tout le travail, on vous assure. Ce n’est peut être pas là que commence votre voyage vers le zéro déchet, mais cette option a le mérite d’exister.

Le papier toilette

Sujet un peu tabou dans la démarche vers le zéro déchet, mais qui n’est pourtant pas insurmontable. Similaire aussi à l’essuie-tout, avec le papier toilette en tissu lavable vous évitez des emballages plastiques inutiles, des feuilles gorgées de produits blanchissants et parfois de parfums appliqués sur une peau sensible. Mais surtout vous évitez ces multiples épaisseurs enroulées autour de votre main qui ne vous servent pas et finissent par boucher vos sanitaires. Avec une pochette à attacher au mur, vous n’avez qu’à la mettre en machine sans vous poser de questions. Et oui, tout est propre en sortant.

Le thermos et la vaisselle

Plutôt que de faire votre café chez vous vous préférez peut-être les élégantes boissons servies dans un café. Le problème bien sûr, c’est que ces délicieuses concoctions soient délivrées dans un gobelet à couvercle qui ne soit pas recyclable. La plupart des cafés servant à emporter acceptent pourtant que vous veniez avec votre propre récipient, certains en vendent même. Cela requiert de discuter avec le barista, voir à lui expliquer votre démarche, mais si vous avez l’habitude d’y aller, vous vous rendrez compte que cela ne leur pose aucun problème. Et cette technique peut même s’étendre aux assiettes : à Makerist il nous arrive de descendre du bureau avec une assiette pour aller manger thailandais au stand dans le parc. Au final, c’est plus agréable que de manger dans une assiette en polystyrène qui ne peut pas aller dans le bac de recyclage.

Les pailles

Nous espérons que dans votre usage personnel à la maison, vous avez au moins privilégié les pailles papiers aux pailles plastiques. Quand vous allez manger ou boire dehors, pensez à des options durables comme les pailles en verre, en bambou ou en acier inoxydable. Le verre est peut être le moins pratique, et nous avons remarquer que la paille en acier ne réagit pas très bien avec les boissons gazeuses car il fait une sorte de réaction qui les fait plus mousser. Notre préféré reste donc le bambou, qui en plus de cela est très léger. Pour éviter de juste mettre sa paille dans son sac, on peut se faire une simple pochette à cordon (et en profiter pour apprendre la technique et se faire plein de sacs) ou l’incorporer dans sa pochette à couverts.

Les couverts

Comme les pailles et les assiettes, trop souvent les stands de nourriture et restaurants donnent sans qu’on leur demande la panoplie de couverts en plastique qui de un, ne sont pas pratiques, et de deux, ne sont pas recyclables. Et parfois ils sont emballés dans un joli film plastique, comble du déchet. Vous pouvez toujours transporter avec vous un set de couverts en métal de chez vous pour palier à cela, mais si vous souhaitez une option plus légère, il existe des versions en bambou que vous pouvez emmener partout avec vote propre pochette à couverts nomade.

Le sac en plastique

Si les magasins ont déja pour la plupart renoncé au plastique pour leurs sacs, il est encore présent sans que l’on s’en rende compte. Les sacs réutilisables en plastique tissé sont certes plus durables, mais ont le même effet que les sacs plastiques normaux en terme de dégradation. Et en allant au marché on se rend compte que beaucoup de vendeurs utilisent encore les sacs plastiques. Vous connaissez bien sûre l’alternative avec les sacs cabas en coton, mais lorsque vous pouvez les réaliser vous même avec des vieux draps/vêtements, c’est un sac en moins produit par cette industrie. Vous pouvez même ajouter une doublure imperméable naturelle avec la technique du bee-wrap vue plus haut. Et pour le marché, on adore reprendre l’habitude de nos grands parents en crochetant son propre sac qui se range facilement. Enfin, les supermarchés ont fait un effort en proposant des sacs compostables pour emballer les légumes, mais leur production génère plus de déchets que nécessaires, alors que coudre ses sacs à vrac est un jeu d’enfant.


Cet article est bien plus long qu’anticipé, et nous savons pourtant que nous ne pouvons pas énumérer tous les moyens de réduire les embalages et les produits jetés trop vite. Nous pourrions continuer sur le vrac, les brosses à dents en bamboo, les cotons tiges inutiles quand de l’eau tiède et un mouchoir suffisent, les produits ménagers maison avec des recettes de grand mère et les vêtements à acheter autrement. Nous reviendrons sûrement sur ce dernier sujet, mais nous espérons que cette longue liste vous aura convaincu pour changer au moins une habitude.

N’hésitez pas à jeter un coup d’oeil aux autres projets zéro déchet que de merveilleuses créatrices ont préparé pour vous en couture et en crochet, vous y trouverez peut-être votre prochaine idée pour aider la planète.

1 commentaire

  1. Tres complet
    Il reste bcp a faire ds nos milieux professionnels
    En plus des protections en maison de retraite. Maintenant des sacs poubelles ds les chaises pots pour les selles…jusqu ou ira t on…

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s