Entreprendre, Interview de créateurs
Laisser un commentaire

Interview de Sacaptiloup : « Ce que j’aime ? Y être arrivée seule »

Aujourd’hui, nous avons le plaisir d’interviewer Sarah, la créatrice de patrons de couture de la marque Sacaptiloup : des modèles pour illuminer le quotidien des enfants (et de leurs parents) : trousses, sacs, sacoches… L’occasion d’en apprendre davantage sur le quotidien de cette entrepreneure :

Bonjour Sarah, on connaît ta marque Sacaptiloup, peux-tu nous dire comment tu as eu l’idée de te lancer dans l’entrepreneuriat ?

Tout a commencé lorsque je suis tombée enceinte de mon aîné : moi qui aime les loisirs créatifs depuis toujours, j’ai voulu en tester un nouveau ! La couture « of course ». Eh oui, j’avais envie de confectionner les premiers bavoirs, gigoteuses, doudous de mon garçon. J’ai donc emprunté la machine à coudre de ma maman, et j’ai découvert la couture….

J’ai donc cousu comme ça, en mode « loisirs » pendant 3 ans environ. Pour préparer la rentrée de mon garçon, j’ai eu envie de tenter la confection d’un sac à dos. Cela n’a pas été simple : j’ai mis du temps à trouver un tutoriel simple, et clair pour une débutante ! J’ai donc fait plusieurs essais, jusqu’à ce que je comprenne la logique du montage… j’ai beaucoup cherché par moi-même. Voir ce petit sac terminé m’a donné confiance : cela m’a beaucoup plu, et j’ai eu envie d’en faire des autres. Je me suis donc mise à confectionner plusieurs sacs en dessinant moi-même les modèles, j’avais envie de tenter ! A force de m’entraîner, je commençais à maîtriser certaines techniques couture : j’ai vu que la couture demandait du temps et de l’exercice, tout comme l’apprentissage d’un instrument de musique. La patience était donc de rigueur ! J’ai modifié plusieurs fois mes matières, et à un moment donné, lorsque mes créations étaient plus abouties, j’ai tenté l’ouverture d’une première boutique en ligne sur alittlemarket  Je recevais des commandes, ce qui me rendait fière et heureuse… Cela m’a donné envie de continuer ! De fil en aiguille, mon petit commerce s’est ensuite développé : créations mises en dépôts vente, expérience en tant qu’auteure, développement de ma boutique sur Etsy, fabrication de patrons numériques, animation d’ateliers couture…

Quelles sont les 3 choses que tu préfères dans cette position d’entrepreneure ? 

Question difficile ! Je dirais le plaisir de pouvoir allier passion et travail : j’aime énormément la couture, alors c’est juste top de se dire que je peux gagner de l’argent en vendant ce que j’aime faire ! Mais il faut être réaliste, se verser un vrai salaire est compliqué. Par contre en complément de salaire c’est génial ! Mais qui sait, avec le temps, cela deviendra peut-être un véritable salaire… Les choses viennent en leur temps, il faut être patient.
La seconde chose que j’aime est de pouvoir adapter mon emploi du temps comme je le souhaite. Je peux donc être présente pour mes enfants et pour les moments importants de la vie de famille. Je suis flexible et je n’ai pas vraiment de contraintes ! La troisième et dernière chose : y être arrivée seule. C’est vraiment différent du statut de salarié où le salaire tombe régulièrement…Se dire que tout cet univers aujourd’hui est le fruit de mon travail, et que ce travail plaît à une certaine catégorie de personnes qui achètent ! Quand on est maman à la maison (peu reconnu par la société aujourd’hui), qu’on passe du temps à faire un travail de « l’ombre » avec des tâches rébarbatives, on peut facilement déprimer et perdre confiance en soi. Le fait d’avoir une activité à côté, fruit de nos propres mains, rebooste le moral. Quand on ouvre sa boutique et qu’on fait sa première vente, c’est le cri de joie ! 

Quel est – parmi ta boutique – le patron que tu préfères ? Peux-tu nous raconter son histoire ? 

J’en aime beaucoup ! Ils sont tous différents alors c’est compliqué de choisir.  Un des patrons que j’affectionne particulièrement est celui du S’a(r)c-en-ciel. J’ai commencé à travaillé dessus après avoir passé quelques mois difficiles l’an passé. Etant croyante, le symbole de l’Arc-en-ciel m’a permis de retrouver l’Espoir. Il représente la fidélité de Dieu, le fait qu’Il nous accompagne à travers les difficultés, même s’ Il ne les enlève pas.  Je savais que malgré les difficultés je n’étais ni seule, ni abandonnée par mon Créateur. La création de ce sac et de son patron m’ont donc beaucoup inspirée ! Je lui ai d’ailleurs fait un petit compagnon, le Chouchou : un porte-monnaie à soufflet pepsy, de petite taille, pour l’emmener dans toutes les poches ! 

Comment t’organises tu au quotidien pour faire vivre Sacaptiloup ? 

En fait je n’ai pas la pression de me dire « il faut que je me verse un salaire ». Du coup, pas de stress, ou peu. Depuis août dernier, j’ai mon atelier : toutes mes affaires couture, et mes machines ont donc migré à 15 minutes de chez moi en voiture. C’est très bien comme ça, cela me permet de mieux m’organiser et de plus scinder famille et couture ! Deux fois par semaine, si pas d’imprévus, je file à l’atelier de 9-11h. Soit je travaille sur un patron numérique, soit je donne un cours… soit je prépare une commande : c’est variable ! Certains samedis, j’organise et j’anime des ateliers couture dans mon atelier. J’essaie également de publier régulièrement sur les réseaux sociaux, cela me permet de donner des infos à ma communauté, et de demander leurs avis etc etc ! Ma petite communauté est très importante, grâce à elle mon univers évolue, grâce à elle je retrouve la motivation dans les moments de blues…. Sans elle, pas de Sacaptiloup ! Il m’arrive des fois de ne pas être inspirée ou motivée pour créer, du coup je vaque à d’autres occupations (le linge ne se fait pas tout seul chez moi malheureusement) : si je suis inspirée mes matinées sont très productives, mais si ce n’est pas le cas, je perds mon temps en allant à l’atelier. C’est bon de le savoir ! Enfin, très important, je ne reste pas seule : les partenariats sont hyper importants ! Je travaille donc avec quelques magazines, j’ai fait plusieurs concours avec différentes merceries, et… je suis hyper heureuse de bosser avec Makerist ! Eh oui, il faut le dire, cela m’apporte un vrai complément de salaire régulier ! Et cerise sur le gâteau, toute l’équipe est très sympa !

Quelles sont les difficultés rencontrées au quotidien ?  

La première : je dirais celle de devoir toujours innover, créer quelque chose de toujours plus original et avec des prix toujours plus attrayants ! La question des prix me travaille souvent : en tant que créateur on n’est jamais certain si un patron va être un succès ou non. C’est un peu la loterie à chaque fois. Si un patron ne fonctionne pas et qu’il est vendu à un prix très attractif, le créateur ne touche quasi rien, pourtant il aura quand même passé des heures à travailler dessus. Vendre à prix très bas pour toucher un maximum de personnes, ou vendre à la hauteur des heures passées à travailler, mais vendre en quantité moindre : les deux stratégies se défendent et se comprennent. Pas évident de s’y retrouver. La seconde : je cherche mes enfants tous les midis, donc même si je n’ai pas vraiment de pression, la contrainte horaire est là, car le matin je n’ai que 2h devant moi pour travailler. A 11h, je file pour l’école. Deux heures de temps, cela passe très vite, il faut que je sois organisée. Il m’arrive souvent de repartir de l’atelier un peu frustrée en me disant « j’ai le sentiment d’avoir rien fait ». Mais être disponible pour mes enfants est un choix, alors je ne vais pas me plaindre !

Est-ce que tu aurais des conseils pour les femmes qui comme toi aimeraient se lancer dans l’entrepreneuriat en couture ?  

Je leur dirais que si cela leur tient vraiment à coeur, et que toutes les conditions personnelles sont réunies,  il faut foncer ! Il faut oser, se dire que chaque projet réfléchi vaut la peine d’être mis en oeuvre. Il faut aussi être patient, car un projet mûrit, évolue.. Il faut se laisser le temps, car une entreprise ne se construit pas du jour au lendemain. Une idée peut en engendrer une autre… puis une autre… Ne pas se décourager, se dire qu’on essaie et qu’on fait de son mieux. Prendre chacun de ses échecs comme une expérience enrichissante ! Ne pas hésiter à contacter d’autres personnes qui ont ouvert leur entreprise, poser des questions et prendre des conseils. Et surtout, s’entourer, faire des partenariats ! 

La situation actuelle est assez sombre : un message positif pour soutenir nos lectrices et lecteurs ?

C’est vrai que la situation actuelle est difficile, on ne s’attendait pas du tout à ça. Cela nous pousse à réfléchir, et à nous recentrer sur l’essentiel. On a trop tendance à se perdre dans des choses superflues, mais notre quotidien nous pousse à cela aussi.  Je trouve qu’en cela cette crise sanitaire est positive : elle nous pousse à passer du temps avec les siens, à nous rappeler que la vie est si fragile, à ne pas nous perdre dans des trajets et occupations superficiels, s’entraider, prendre des nouvelles de nos proches et des gens qu’on aime. Même dans les situations difficiles il y a du positif, je ne dis pas que c’est simple, mais changer ses « lunettes » permet de voir les choses un peu autrement. Nous sommes forcés à prendre le temps ! 

Un grand merci à Sarah, la créatrice de Sacaptiloup pour son témoignage précieux de créatrice de patrons de couture. Vous pourrez retrouver tous ses patrons sur sa boutique Makerist ici.

Cette entrée a été publiée dans : Entreprendre, Interview de créateurs

par

Originaire de région parisienne, j'ai rejoint Makerist à Berlin en 2016. Je suis responsable du site français de Makerist et partage régulièrement avec vous nos conseils et astuces en couture, tricot et crochet ! Passionnée de voyages, d'écriture et de mode, c'est un plaisir pour moi de travailler dans un univers DIY et créatif !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s