Derniers Articles

Faites vos vêtements vous-même ! Makerist soutient la Fashion Revolution

Depuis la création du mouvement Fashion Revolution, de plus en plus de personnes soutiennent la mode durable et la slow-fashion. A l’occasion de la semaine de la Fashion Revolution, Makerist lance de nouveau l’alerte contre les produits fabriqués en série et la fast-fashion.

La couture, le tricot et le crochet peuvent être des passe-temps, mais pour certains, c’est bien plus que ça : ce sont les armes d’un mouvement. Depuis l’ incendie qui a frappé le Bangladesh il y a six ans, au cours duquel une usine s’est effondrée et plus de 2500 personnes ont été tuées, il est clair que des choses doivent changer dans le monde de la mode.

Bien que de nombreux fabricants de réputation mondiale aient promis d’améliorer leurs conditions de production en réaction à la catastrophe, le Bangladesh reste encore aujourd’hui le deuxième plus grand producteur de textile au monde après la Chine. Pour un salaire de 10 centimes de l’heure, les femmes travaillent jusqu’à 16 heures par jour. La fast-fashion est également néfaste pour l’environnement. L’industrie textile a un impact énorme sur l’environnement : les produits chimiques toxiques et micro-plastiques polluent l’eau, les pesticides et engrais chimiques polluent la nature, et ceux-ci sont également dangereux pour l’homme.

De nombreuses grandes chaînes produisent maintenant sans produits chimiques nocifs, mais 90% de toutes les collections ne sont toujours pas produites de manière écologique.
Nous savons tous que lorsqu’un t-shirt ne coûte parfois que quelques euros, il ne peut être fabriqué qu’en série. Ce qui n’est ni juste pour les ouvrier-ère-s, ni écologique.

Slow fashion plutôt que fast-fashion – mode équitable et durable

Il y a de l’espoir ! Depuis la catastrophe du Bangladesh, des millions de personnes dans le monde soutiennent la Fashion Revolution et se battentpour une industrie textile plus équitable et durable. À Makerist, nous encourageons la créativité et le fait de créer des pièces uniques avec amour, pour sensibiliser au respect de l’environnement et aux conditions de travail dans le cadre de la fabrication d’un vêtement. Cette année, la Semaine de la Fashion Revolution a lieu du 22 au 28 avril.

Le fait-main, c’est facile !

Rejoignez le mouvement ! Makerist aussi s’engage pour une mode durable et équitable avec la Fashion Revolution. Comment ? En montrant qu’avec des patrons, des cours de couture et un peu de patience, chacun peut créer ses vêtements et consommer la mode de manière plus raisonnable. Coudre un vêtement est une activité amusante, mais c’est aussi un bon moyen de s’interroger sur la manière dont les vêtements sont fabriqués et d’où ils proviennent.
La pression sur les grandes entreprises textiles augmente. Quand elles comprendront que les consommateurs-rices ne sont plus prêts à accepter de porter atteinte à la vie humaine au nom de la mode, les choses changeront.

Des milliers de personnes ont déjà posté des photos d’eux sur les réseaux sociaux avec le hashtag #Imademyclothes, en posant fièrement avec leur réalisation fait-main.

Au sein-même des locaux de Makerist, nous incarnons le DIY ! De nombreux membres de l’équipe sont des personnes créatives,à la fois dans leur sphère professionnelle et privée, et réalisent avec leurs dix doigts des meubles, vêtements et accessoires. Souvent, même les pauses-déjeuner au bureau sont utilisées pour avancer sur des projets créatifs, en profitant des ressources matériels au sein des locaux et des connaissances des collègues. Dans le cadre de l’initiative « I made my clothes », des membres de notre équipe partagent leur réalisation de vêtement et s’expriment sur cette expérience créative.

I MADE MY CLOTHES : L’ÉQUIPE MAKERIST

« J’ai cousu cette chemise parce que je suis tombée amoureuse de la matière du tissu. Tous ceux qui me connaissent savent que j’aime la couleur rose et que toutes les couleurs vives des fleurs me rendent absolument heureuse. Je cherchais un patron de couture simple et je suis tombée sur «Madame Frida» de Studio Schnittreif. Il n’y avait que deux parties à couper et à coudre ensemble avec des coutures françaises ! Une seule pause-déjeuner a suffit pour coudre ce top, je suis maintenant tellement fière de le porter ! Je veux maintenant porter plus de vêtements fait-main et en acheter moins. J’adore le slogan de la Fashion Revolution «Loved clothes last». En français: « Les vêtements aimés durent plus longtemps« 

Amber de l’équipe Makerist porte son top d’été du Studio Schnittreif

« J’ai trouvé le tissu abeilles de mon top si doux que j’en ai acheté deux mètres. Ma fille l’a adoré aussi alors je lui en ai fait un t-shirt. Pour le bout des manches, j’ai utilisé des restes de tissu à rayures jaunes et noires : le modèle convenait parfaitement ! Toutes ces abeilles et ce jaune me mettent de bonne humeur.
Pour la salopette, je me suis inspirée du patron de salopette de NUDE collective. J’en avais vu une similaire dans un magasin mais, malheureusement, il n’y avait pas ma taille. J’ai donc optimisé le patron de Nude Collective à mes mensurations et j’ai utilisé deux vieux jeans et un reste de tissu rouge comme tissu. »

– Aimée de l’équipe Makerist

« Le haut que je porte était mon tout premier projet de couture, alors après avoir choisi un patron simple, je suis allée chercher du tissu : il m’a fallu un temps fou pour choisir des couleurs et motifs à mon goût ! Être responsable du résultat final de mon vêtement était à la fois inspirant et stressant : plutôt des abeilles ? Des pois ? Un tissu noir ou vert ? J’ai choisi la sécurité : les rayures et la couleur jaune, deux choses que j’aime beaucoup porter ! J’ai eu la chance que mes collègues de Makerist soient là pour m’aider à coudre mon premier projet couture. J’avais peur de tout rater, et même si le résultat n’est pas parfait, l’effort en valait la peine, et je suis FIÈRE ! Coudre ce haut m’a fait réfléchir davantage à la façon dont les vêtements sont fabriqués et combien de temps, de patience et d’amour sont nécessaires pour les réaliser. « 

Méli de l’équipe Makerist avec la chemise raglan de Picolly Patterns

« J’ai choisi cette chemise simple de Picolly Patterns, j’aime m’habiller avec des coupes simples et classiques. J’ai voulu faire quelque chose qui irait bien dans ma garde-robe et que je porterais régulièrement. »

Emma de l’équipe Makerist avec la chemise raglan de Picolly Patterns

« J’adore les canards et j’ai acheté ce tissu en jersey sans avoir de patron concret en tête – mais pas de problème : à Makerist, on trouve toujours l’inspiration ! Après avoir cousu principalement des sacs de toutes formes ou des projets décoratifs plus petits au cours des dix dernières années, je me suis lancée dans la couture de vêtements et dans l’utilisation de la surjeteuse. J’ai ensuite trouvé ce superbe patron de chemise par HEDI chez Makerist. Il est facile à réaliser, même si vous n’avez pas beaucoup d’expérience avec le jersey. J’ai transformé mon grand tissu à motifs canards en un vêtement tout neuf que j’adore, et j’apprécie encore plus le fait qu’il ait été cousu à la main et réalisé équitablement ! « 

Lu de l’équipe Makerist avec le haut Edda par HEDI

« Pour ce haut, j’ai été inspirée par les festivals de l’été, et quoi de plus approprié qu’un joli tissu batik? J’ai pris comme modèle un de mes hauts préférés et, comme je n’ai pas de surjeteuse et que je suis encore un peu inexpérimentée dans la couture, j’ai cousu ce haut avec une machine à coudre, ce qui fonctionne aussi à condition d’utiliser les bons points ! Pour les débutants, je peux vraiment recommander la machine à coudre comme alternative à la surjeteuse. Mon projet couture a été un succès : je l’ai porté lors de nombreux festivals en plein air et il est maintenant lié à de nombreux souvenirs. Certaines personnes m’ont demandé où je l’avais trouvé ! Il était toujours très agréable de répondre « je l’ai fait moi-même ».

– Caro de l’équipe Makerist avec un modèle de t-shirt qu’elle adore

« C’est mon propre modèle, un beau projet pour ceux qui ont l’ambition de porter une combinaison estivale et des tissus comme le lin et la viscose, parfaits pour la saison des festivals et les journées ensoleillées au bord du lac. »

– Maria de l’équipe de Makerist avec un patron qu’elle a créé elle-même

« J’adore les robes-chemise ! Ce fut mon premier projet couture, et je l’ai réalisé avec ma grand-mère toujours près de moi. Je n’étais pas convaincue par le tissu, mais une fois terminée -après de longues heures penchées sur la machine à coudre et la table à repasser -, je suis tombée amoureuse de cette robe et j’ai hâte d’en coudre une autre ! »

Bettina de l’équipe de Makerist avec le modèle de chemisier de Mia Führer

I MADE MY CLOTHES – PDF À IMPRIMER

C’est votre tour ! Téléchargez le  PDF « I made my clothes » , prenez vous en photo avec un vêtement que vous avez réalisé ainsi que la pancarte, et partagez-la sur Instagram et Facebook. Utilisez les hashtags #imademyclothes et #fashionrevolution. Nous partagerons ensuite les images. Utilisez le hashtag #makeristfrance afin que nous puissions vous trouver.

Vous n’avez pas la main verte ? Crochetez plutôt vos plantes !

🌻 Tes plantes, tu ne tueras point 🌻


Les plantes sont parfaites pour apporter une touche de fraîcheur & de verdure à un intérieur ! Seulement, elles peuvent être difficile à entretenir, et niveau talents de jardinier, on n’est pas tous logés à la même enseigne. Si vous êtes lassé-e-s de voir vos plantes mourir, incapables de savoir si elles ont soif ou pas… Vous pouvez toujours passer à l’alternative crochet !
Le DIY vient à la rescousse de votre décoration d’intérieur : en plus d’être terriblement mignonnes, les plantes en laine ne meurent JAMAIS !

On vous a dressé une sélection de 10 tutoriels de plantes au crochet. Promis, elles n’ont pas besoin d’eau, juste de laine et d’amour. Le pied, non ?

1. Bébé Bulbe

bulbe printanier
Un petit bulbe tout mignon, que l’on imagine très bien pour un cadeau à la maîtresse 💚

Retrouvez ce modèle de Toujours un fil à la patte ici

2. Un tournesol 🌻 au sourire communicatif

Tournesol à crocheter
Mettez-le sur votre table de chevet et vous commencerez la journée d’un bon pied !

Retrouvez ce modèle de Aradiya Toys ici

3. Le couple de cactus

Ils s’appellent Kacthy et Karlctus et ils sont aussi mignons qu’inséparables

Retrouvez ce modèle de Amy Déka ici

4. Un ananas

Tuto crochet Ananas
Bon, d’accord, celle-ci ne pousse pas dans un pot… mais comment résister à ce joli minois ?

Retrouvez ce modèle de Frog and Toad Créations ici

5. Trois petits cactus dans un tuto

Trois petits cactus dans un seul tuto crochet
3 compères aux couleurs vitaminées

Retrouvez ce modèle d’Entrecrochet ici

6. Encore un cactus, car on en n’a jamais assez 🌵

Cactus à crocheter figue de barbarie
« Figue de Barbarie » : il n’a de barbare que son nom ! Il ajoutera à votre intérieur un joli éclat

Retrouvez ce modèle de Frog and Toad ici

8. Plante « Pistopois » pour les fans de « Plantes vs Zombies »

Tuto crochet plante Pistopois
On n’a jamais joué à ce jeu mais vu comme elle est jolie, on est plus team plantes que zombies

Pour ce tuto crochet de Aradiy Toys, c’est par

7. La plante trop meow

Kitty cactus tuto crochet
Crazy cat lady ? Cette plante à moustaches est faite pour vous 🐈

Retrouvez le tuto crochet Kitty Cactus ici

9. La plus épicée

Tuto crochet Cactus mexicain
Celui-ci ne fait pas les choses à moitié : en bon cactus du désert mexicain, il s’est revêtu de l’attirail complet !

Ce modèle de cactus mexicain imaginé par June Lee Hooker ici

10. Tuto de plante carnivore

Modèle crochet plante carnivore
La plus sauvage pour la fin !

Pour crocheter cette plante carnivore par Aradiya Toys, c’est par ici

Idées couture tricot crochet pour le printemps
Faites le plein d’inspiration pour le printemps ici
Interview de FilCouPic - être confrontée aux contraintes pour apprécier la liberté de créer

Interview de FilCouPic – « être confrontée aux contraintes pour apprécier la liberté de créer »

Bonjour, merci d’avoir accepté notre interview ! Tout d’abord, pourriez-vous vous présenter et nous parler de votre parcours en dehors et dans le monde de la couture ?

Bonjour, je m’appelle Marie, j’ai 29 ans et je fais de la couture depuis un peu plus de 4 ans.

Au niveau de mes études, j’ai passé un bac SMS en 2007 puis je me suis orientée vers des études d’esthétique en passant un CAP, puis un BP en candidate libre.

J’ai ensuite travaillé en tant que secrétaire médicale, puis j’ai eu l’opportunité de faire une formation complémentaire en socio-esthétique (utiliser le soin esthétique et le toucher comme médiateurs psycho-corporels), puis un CAP de coiffure en candidat libre. J’avais à cœur de travailler auprès de femme détenues, mais les projets sont extrêmement compliqués à mettre en place et j’ai été contrainte de reprendre mon métier de secrétaire médicale. J’ai ensuite intégré avec plaisir la fonction publique d’état, puis la territoriale et enfin l’hospitalière.

Pour ce qui est de la couture, j’ai toujours été une grande fan de travaux manuels divers et variés (peinture, perles, bracelet brésilien, cuisine, poterie, scoubidou, origami, j’en oublie sûrement !…). J’ai eu du mal au début à accrocher avec la couture : l’enfilage me semblait in-sur-mon-ta-ble. Et puis un jour, mon mari m’a motivé pour acheter ma première machine à coudre. Depuis je ne la quitte plus ! J’ai commencé par des choses simples et rapides avant de tester des réalisations plus complexes. Je me suis même lancée dans un défi 0 achat de vêtement fin 2015, et comme un défi n’arrive jamais seul, je suis tombée enceinte et je me suis mariée. Donc j’ai cousu ma petite garde robe de grossesse, un trousseau de naissance et oui, j’ai eu cet immense plaisir de coudre MA robe de mariée.

Pourquoi un tel défi ?

Parce qu’aujourd’hui on peut tout acheter dans la minute pour un prix dérisoire. Honnêtement vous utilisez quel pourcentage de votre dressing ? Prendre le temps de réfléchir à un projet du choix du tissu jusqu’aux dernières finitions est très gratifiant. D’autant plus si la création est destinée à être offerte ! Au final, vous offrez l’objet mais aussi le temps que vous avez passé dessus. Quoi de plus précieux que le temps aujourd’hui ?

Comment en êtes-vous venue à réaliser et vendre vos propres patrons ?

Suite au détachement de mon mari je me suis retrouvée sans revenu. Je voulais me mettre à mon compte pour proposer des articles cousus main, prêts à offrir. J’ai donc commencé à faire mes propres patrons (pour le respect des droits d’auteur) puis des fiches techniques de réglage et des étapes pas à pas. Si ça m’est utile pourquoi ne pas proposer ce temps de travail à d’autres passionnées ? C’est donc à ce moment que je me suis autoformée aux logiciels de patronage pour proposer un travail propre et accessible à tous et toutes.

Le patron du coussin magique, disponible sur Makerist.fr

La création de patrons/tutoriels est-elle votre activité principale ?

Oh non !

Je suis une caméléon-zébulon au niveau de l’emploi : La vie à fait que j’ai eu l’opportunité de faire des métiers complètements différents avec des publics de tous horizons. Aujourd’hui je sais me fondre dans la masse, comprendre mes missions et m’intégrer rapidement à une équipe de travail ! Actuellement je travaille à temps partiel dans un hôpital, mais demain qui sait ! J’ai besoin d’un travail extérieur, un peu pour me vider la tête et ne pas être isolée dans mon atelier, être confrontée aux contraintes pour apprécier la liberté de créer.

Je suis aussi ravitailleuse de frigo et cordon bleu : comprendre que j’ai la lourde tâche de faire les courses pour répondre au fameux : « on mange quoi ce soir ? »

Je suis rockstar infirmière : J’entends crier « Mamaaaaaan », parfois pour soigner un bobo au moins gros comme une tête d’épingle !


Quelles sont les étapes liées à la création d’un nouveau patron ?

1. Trouver l’idée et la cible (à qui sera destiné le produit, pour quelles occasions ?). Ce produit existe-t-il ? Si oui que lui manque-t-il ? si non, pourquoi.

2. Faire des croquis, trouver les bonnes dimensions et matières. Pour ça, mon carnet de croquis me suit partout !

3. Patronner mes croquis sur PC

4. Faire un prototype papier, échelle réduite en général pour voir comment les pièces principales s’assemblent. Noter les repères pour les pièces annexes (poche, poignée, galon,…)

5. Faire un prototype réel avec photos et prise de note à chaque étape
a. Si le processus est trop long, compliqué ou ou que trop de modifications sont nécessaires selon les retours le projet est mis en pause.
b. Si seulement quelques ajustements sont nécessaires, l’aventure continue

6. Faire les modifications de patronage à l’ordinateur

7. Convertir en PDF imprimable avec déclinaison de tailles (si besoin) et légende

8. Recommencer l’ouvrage avec photos et prise de notes à chaque étape

9. Refaire d’autres modèles dans d’autres coloris ou matières

10. Shooting photo, tri et sélection des photos. Recadrage et retouches

11. Trouver un nom. Une petite gourmandise que j’aime

12. Grille d’évaluation de la difficulté : un savant dosage entre le nombre de pièces, de manipulations et de modifications du patron, de type de couture (droites, courbes ou arrondies), de temps passé, de la pose de fermeture, biais, galon, passepoil, …

13. Rédiger le livret d’instructions avec les photos et les étapes détaillées

14. Rédaction de la fiche et mise en ligne du produit

Pas moins de 14 étapes soit environ 10 à 15 heures par modèle !

Dans les coulisses de la création d’un modèle

Comment organisez-vous votre temps entre la création de patrons et les tâches attenantes liés à la gestion d’une petite structure (communication, compta, relations clients, blog, réseaux sociaux…) ?

Chaque semaine et mois je me fixe des objectifs et des tâches à faire (patronage, prototype, réseaux sociaux, compta, suivi commandes, administratifs) avec un classement selon le temps que ça va me prendre et le degré d’urgence. J’ai été habituée à avoir plusieurs casseroles sur le feu et à gérer l’urgence selon quand elle arrive !

Quelles sont les tâches qui vous mettent le plus au défi ? Avez-vous de l’aide ?

Le plus dur pour moi c’est de me canaliser dans mes projets : Je me fixe un maximum de 3 projets à la fois, avec un bonus pour un supplémentaire si je suis sûre de tout boucler dans un très court laps de temps. C’est important pour moi de travailler sur plusieurs projets, les idées se décantent au fur et à mesure et j’ai ainsi un regard plus objectif sur les modifications à faire.

Ranger l’atelier, c’est nécessaire pour s’y retrouver : quand je suis lancée, j’y vais à fond. Une fois par semaine c’est le rangement classique et 1 fois par mois le grand rangement. On y voit plus clair ensuite et c’est bien plus agréable. C’est aussi plus sécurisant quand mon assistante – ma fille – vient m’aider !

Gérer l’achat des matières premières : tout est beau, tout sera utile (un jour) mais le stockage n’est pas extensible. Cette fois ci c’est surtout le banquier qui m’aide à être raisonnable !

Gérer le temps : c’est tellement captivant de donner vie à un projet que j’en oublie de regarder l’heure. Les journées passent tellement vite.

Le patron de la trousse double zip « Cardamome », disponible sur Makerist.fr

Quel est l’aspect que vous préférez dans votre activité créative ?

Le patronage évidemment parce que tout est une question de mesure, de logique et donc de maths. Et moi les maths, j’adore !

J’aime aussi jouer de mes erreurs, et la façon dont on peut les réparer en créant. Genre, il manque un morceau de tissu, tiens un empiècement de cette forme ça donne quoi ? Cela me permet aussi de comprendre pourquoi ça n’a pas marché, et donc apprendre. Et Bien évidement j’aime par dessus tout la variété des tâches et la liberté. Ça correspond vraiment à mon tempérament.

Auriez-vous des conseils pour quelqu’un qui, comme vous, aimerait se lancer ? Des ressources qui vous inspirent, qui vous ont aidé(e) (livres, blogs, personnalités…)

Croire en soi et ne jamais abandonner. Pour moi c’est vraiment la base.
Ensuite c’est de trouver sa motivation profonde, au-delà de vouloir en vivre, qu’est ce que ça m’apporte de créer, pourquoi je veux créer ?
Et toujours avoir un carnet et un crayon à portée de main, l’inspiration est partout mais elle est éphémère, ça serait dommage de l’oublier !
Et ensuite être bonne en maths tant pour le patronage que pour la compta !

Et pour finir, quels sont vos projets à venir ?

Voici la petite liste de projets que j’aimerai mettre en place, à plus ou moins courte échéance. N’hésitez pas à me contacter si un projet vous intéresse

  • Créer de nouveaux patrons
  • Proposer des produits finis à partir de mes patrons.
  • Développer les licences commerciales pour la vente ou l’utilisation lors d’ateliers
  • Faire une box ou des kits fournitures
  • Créer un patron surprise dont les étapes sont données semaines après semaines
  • Mettre en place un partenariat commercial (tissu et mercerie)
  • Animer des ateliers coutures (à visée sociale ou de réinsertion)
  • Passer le CAP de couture
  • Prendre des cours de stylisme-modelisme pour m’essayer aux vêtements

⬇️ Ce week-end, les modèles de Filcoupic sont à -30%, découvrez les vite ! ⬇️

Ménage de printemps : 10 tutoriels pour aménager votre coin couture !

Vous avez passé tout l’hiver à coudre et votre coin couture ressemble désormais plus à un laboratoire désordonné qu’à la jolie pièce que vous avez connue d’antan ? Pas de panique ! Pour votre ménage de printemps, nous avons sélectionné 10 tutoriels faciles qui vous permettront d’aménager votre espace créatif tout en vous faisant plaisir à moindre frais. Le petit plus : il s’agit le plus souvent de petits ouvrages qui vous permettront de recycler facilement vos chutes de tissu et de laine. Vous êtes prêts ? Nous aussi !


#1 La poubelle à fils de couture

Voici un projet résolument original, très pratique, décoratif et bien utile ! Fini les fils partout ! En plus de faire porte-épingles / porte-aiguilles, vous pourrez y pincer vos pinces à tissus grâce à sa bande centrale ainsi que jeter vos fils et ranger vos ciseaux dans les petits paniers latéraux.

Voir le tuto


#2 Le cartable de couture

Le cartable de la couturière

D’une bonne contenance, cette trousse est associée à un volet matelassé comportant plusieurs poches, dont une transparente et un large rabat se ferme avec une fermeture cartable. Vous pourrez y transporter facilement tous vos accessoires de couture ! Le petit plus : l’utilisation de trois tissus qui lui donne beaucoup de charme. Cela en fait un joli objet et une belle idée cadeau !

Voir le patron


#3 La panière double de Filcoupic

La panière double de Filcoupic

Avec ses deux compartiments, cette jolie panière sera idéal pour ranger vos morceaux de tissus tout en apportant une touche de décoration à votre intérieur ! Et sa grande poche permettra à vos petits objets d’être toujours retrouvés !

Voir le tuto


#4 La trousse aux crochets

Et voici une trousse en crochet pour ranger vos… crochets ! Il y a de quoi s’amuser puisque le modèle se réalise à l’aide de techniques très variées :
du crochet classique, du crochet tunisien, le point étoile, le lacet roumain.

Voir le tuto


#5 La panière ronde multi-poches

Panière ronde multi-poches

Un tuto pratique et facile concocté par Viny DIY, qu’on ne présente plus…

Voir le tuto


#6 Le tablier de couture

Le fameux ! Ce joli tablier vous sera très utile pour vos moments couture. Ne cherchez plus, vous avez tout sous la main : il peut contenir jusqu’à 3 ciseaux de couture, une règle, un mètre ruban, vos stylos, un carnet, un étui mouchoirs, un porte épingles…

Voir le tuto


#7 La pochette de couture Elena

Pochette de couturière Elena

Toutes les couturières le savent, transporter le matériel nécessaire à la couture est parfois compliqué. Voici une seconde pochette de couturière, adaptée pour tous vos déplacements. Le petit plus : le tuto permet d’apprendre à poser un biais, coudre un point invisible ou encore coudre un bouton à la main !

Voir le tuto


#8 La pochette Claire pour tricoteur.se

Mettez enfin de l’ordre dans vos aiguilles à tricoter avec cette jolie pochette molletonnée! A l’intérieur, ses 8 compartiments vous permettront de ranger les aiguilles par taille en toute sécurité. Le petit plus : vous pouvez recycler vos chutes de tissu pour un effet patchwork.

Voir le tuto


#9 Le petit panier en tissu (à tissus !)

Aussi pratique que décoratif, voici un petit panier qui vous permettra de ranger aisément vos plus beaux tissus et étoffes !

Voir le tuto


#10 L’organisateur de bureau pliable

Gardez tout à portée de pain avec ce support pliable organiseur de bureau. Vous pourrez facilement y ranger vos ciseaux, règle, crayons… Un vrai bonheur !

Voir le tuto


Et retrouvez d’autres tutoriels pour recycler vos chutes de tissu avec notre article de blog !

Poisson d’avril – histoires drôles de couture & tricot

Car le 1er avril, il est important de rire et partager des moments avec ses proches, nous avons listé pour vous nos citations couture préférées, celles qui vous donnent le sourire instantanément ! L’objectif de cet article est d’ajouter au fur et à mesure vos histoires drôles et anecdotes en lien avec la couture, le tricot, le crochet, la broderie ou tout art créatif qui vous tient à coeur, pensez à nous envoyer vos histoires par e-mail ou à les laisser en commentaire !

Source : Viny DIY

Source : Petit Citron

Source : Makerist

Source : Les Chiffons de Brunella

Source : Chouette Kit

Mission cueillette de Pâques : coudre un sac oreilles de lapin !

Pour la chasse aux œufs de Pâques, il faut le bon accessoire ! Notre sac de transport avec de longues oreilles souples offre beaucoup d’espace pour toutes sortes de friandises. Même le lapin de Pâques n’en croit pas ses oreilles!

VOUS AUREZ BESOIN DE ÇA :

-Coton ou toile – 
– Film adhésif – 
– Peinture tissu noire et rose –
– Machine à coudre – 
– Fil – 
– Ciseaux – 
– Cutter – 
Tapis de découpe – 
– Épingles ou pinces –
– Craie – 
– Pinceaux –
Patron gratuit

Les instructions

Étape 1

Coupez toutes les pièces du patron. Vous avez besoin des deux parties quatre fois chacune.

Étape 2

Peignez le nez, les yeux et les joues avec de la peinture textile. Pour qu’elles soient au bon endroit, peignez les en rose les joues sur le côté droit d’une poche et le nez et les yeux au milieu des deux. Pour des résultats nets vous pouvez travailler avec une pièce autocollante. Vous pouvez aussi décorer les oreilles en peignant sur les côtés droits.

Étape 3

Lorsque la peinture est sèche, vous pouvez commencer à coudre. Tout d’abord, vous cousez les deux parties extérieures l’une sur l’autre.

Étape 4

De plus, les oreilles doivent être cousus ensemble. Encore une fois, placez les pièces à droite et cousez-les tout autour, mais assurez-vous de laisser une ouverture au bas pour pouvoir les retourner. Puis finir de former les oreilles et repasser.

Étape 5

Maintenant, assembler ensemble ce qui va ensemble. Les deux pièces de poche sont mises l’une dans l’autre, de gauche à gauche, l’ourlet supérieur est plié et épinglé. Collez vos oreilles sur les côtés pour pouvoir terminer le sac en entier avec une seule couture le long de l’ouverture.

Toutes nos idées DIY pour Pâques

Coudre une marinière avec Steph & Mode


Vous êtes à le recherche du projet couture parfait pour le printemps ? Vous n’êtes pas le/la seul-e !

Steph & Mode (blogueuse couture et co-créatrice du patron Marcel avec Petit Patron) a réalisé sa propre marinière, parfaite pour les beaux jours, avec un patron (Osiris par Iam Patterns) et du tissu jersey rayé trouvés sur Makerist ! Elle vous parle de ce projet-couture 100% Makerist sur son blog 🙂